Pour une autre méthode

La campagne a véritablement commencé, et là encore, l’équipe sortante nous montre quelles sont ses méthodes :

  • Quatre de nos candidats ont été invalidés, sous prétexte qu’on n’assurait pas la parité, alors que les textes autorisent le dépôt de listes incomplètes.
  • Le directeur de cabinet du président sortant de l’UPEC n’hésite pas à diffuser des messages prenant parti pour la liste du président et incitant les destinataires à faire le nécessaire pour inscrire des vacataires sur les listes électorales.
  • Les arguments de campagne diffusés aux soutiens de la liste « Penser l’avenir, agir ensemble » sont en décalage par rapport aux enjeux liés à l’avenir de notre université.
  • Le message de campagne de la liste « Penser l’avenir, agir ensemble » est très agressif vis-à-vis de ses listes concurrentes. Une fois de plus, l’équipe sortante ne semble accepter aucune critique.

Ces exemples démontrent pourquoi nous souhaitons vraiment changer de méthode. L’équipe du candidat Hittinger utilise des arguments politiciens contre notre liste. La vision qu’ils ont de notre liste est la preuve de leur manque de discernement quant à la réalité du terrain. Ils n’ont pas compris (ou ne souhaitent pas comprendre) que notre liste est le rassemblement de 48 candidates et candidats qui ont pour la plupart été confrontés à l’exercice de la gouvernance actuelle, qui sont déçus et qui souhaitent une nouvelle méthode. Nous ne sommes pas une dissidence de la liste portée par les syndicats, nous ne donnons aucune leçon en matière de démocratie, mais nous souhaitons élever le débat en un débat politique. Face à un projet personnel de fusion « sans projet », nous avons souhaité fonder le nôtre sur la construction, par la concertation, d’une vision stratégique commune, et sur une université des composantes.

Notre gouvernance, c’est la restauration de la démocratie par l’écoute et les choix sur une politique. Notre projet de recherche est celui de la recherche animée dans la multidisciplinarité des composantes.  Notre projet d’enseignement sera animé dans l’esprit du territoire en refusant le schéma d’une « fusion sans projet ».

Changeons de méthode, et que la démocratie parle pour être entendue !

 

Publicités

A propos F.B. Gervais

Enseignant-chercheur en informatique
Cet article a été publié dans Elections, Nouvelles. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s