Soutien de directeurs d’UFR et d’IUT

Nous travaillons au quotidien au service de plus de la moitié des étudiants de l’UPEC. Nous sommes attentifs au devenir des collègues, des formations et des recherches au sein de nos composantes et nous soutenons la liste « Quelle gouvernance pour quelle université ? ».

Cela devrait susciter plus de questions et plus d’écoute que de critiques acerbes.

Nous avons assisté à un délitement du dialogue universitaire, à un éloignement croissant de l’équipe sortante des réalités du terrain, enfermée dans une logique de fusion sans projet, au nom d’un projet I-site dont on sait aujourd’hui le résultat.
Nous voulons restaurer les dynamiques de partenariats et de confiance qui doivent irriguer le fonctionnement d’une université.

Le temps électoral est celui des promesses d’une présidence qui espère faire oublier ses échecs et ses coups de force. Comment croire au maintien de composantes de plein exercice quand tout est fait pour séparer formation et recherche ?
Soucieux de continuer à faire de nos composantes des instances de débats sur l’avenir de l’université, nous ne saurions cautionner le galvaudage des termes UFR, Instituts, Ecoles qui, à l’UPEC, ont un sens, une réalité.

Jeudi prochain nous nous prononcerons sur la stratégie de notre université dans les années à venir et ce choix aura des conséquences lourdes sur notre avenir.

Pourquoi s’engager ?
Nous défendons la démocratie universitaire dont nous sommes issus. Nous voulons une université privilégiant la collégialité, le partage des savoirs, le respect de la diversité et des points de vue.

Vers quoi s’engager ?
Pas d’immobilisme, mais pas de fuite en avant vers un horizon 2019 incertain, nous voulons une voie réfléchie, discutée, partagée.
Un nouveau projet, autour d’une nouvelle présidence, avec le soutien de composantes de plein exercice, différentes, mais capables de travailler en équipe pour obtenir des moyens supplémentaires.
Une université forte de ses partenariats, dont la politique de formation permet la réussite de tous, dont la politique de recherche est ambitieuse et respectueuse de toutes les disciplines, dont la politique internationale est cohérente.

Jean-Luc Dubois-Randé, doyen de l’UFR de Médecine,
Laurent Gadessaud, directeur de l’IUT Créteil-Vitry,
Anne-Lise Humain-Lamoure, doyen de l’UFR de Lettres, Langues et Sciences Humaines,
Antoine Meter, directeur de l’IUT Sénart-Fontainebleau,
Jacques Moscovici, doyen de l’UFR de Sciences et technologie.

 

Publicités

A propos F.B. Gervais

Enseignant-chercheur en informatique
Cet article a été publié dans Elections, Nouvelles. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s