Merci

Au lendemain du jour de scrutin et dans l’attente des résultats officiels, nous tenons à remercier les nombreux collègues qui nous ont soutenus, avec qui on a pu discuter dans les différents sites, et bien entendu, tous les électeurs qui nous ont fait confiance et qui ont voté pour notre liste.

Merci !

 

 

Publicités
Publié dans Elections, Nouvelles | Laisser un commentaire

Jeudi 4 février 2016

Le scrutin a lieu ce jeudi 4 février, de 9h à 17h, dans 14 centres de vote.

Pour plus de détails, voir ici.

 

Publié dans Elections, Nouvelles | Laisser un commentaire

Plus personne n’est dupe

Quel que soit le résultat des élections jeudi soir, sur le plan des idées, nous avons gagné. Il y a un mois à peine, personne n’aurait pensé qu’une troisième liste aurait pu être déposée face à l’équipe sortante. Le projet de fusion semblait purement et simplement entériné.

Pendant cette brève campagne, on a enfin pu débattre des enjeux et du projet de fusion. Et même si la présidence sortante a essayé, en vain, de détourner le débat en mettant en avant des questions très techniques, en pointant le soi-disant manque d’expérience des candidats de notre liste ou même en fournissant des contre-exemples, mais qui malheureusement n’étaient pas pertinents, les principales questions qui ont été soulevées concernaient justement les problèmes de gouvernance et l’avenir de l’UPEC dans l’est-francilien.

Aujourd’hui, plus personne n’est dupe. Avec deux listes contre la fusion telle qu’elle est proposée actuellement, la moitié des directeurs d’UFR et d’IUT qui ont exprimé des réserves, et de nombreux personnels de l’UPEC rencontrés dans les différents sites et composantes qui se posent beaucoup de questions à ce sujet, l’équipe sortante ne peut plus prétendre que le projet de fusion est un projet largement partagé. Ou alors, ils sont en dehors des réalités…

 

Publié dans Elections, Nouvelles | Laisser un commentaire

Soutien de directeurs d’UFR et d’IUT

Nous travaillons au quotidien au service de plus de la moitié des étudiants de l’UPEC. Nous sommes attentifs au devenir des collègues, des formations et des recherches au sein de nos composantes et nous soutenons la liste « Quelle gouvernance pour quelle université ? ».

Cela devrait susciter plus de questions et plus d’écoute que de critiques acerbes.

Nous avons assisté à un délitement du dialogue universitaire, à un éloignement croissant de l’équipe sortante des réalités du terrain, enfermée dans une logique de fusion sans projet, au nom d’un projet I-site dont on sait aujourd’hui le résultat.
Nous voulons restaurer les dynamiques de partenariats et de confiance qui doivent irriguer le fonctionnement d’une université.

Le temps électoral est celui des promesses d’une présidence qui espère faire oublier ses échecs et ses coups de force. Comment croire au maintien de composantes de plein exercice quand tout est fait pour séparer formation et recherche ?
Soucieux de continuer à faire de nos composantes des instances de débats sur l’avenir de l’université, nous ne saurions cautionner le galvaudage des termes UFR, Instituts, Ecoles qui, à l’UPEC, ont un sens, une réalité.

Jeudi prochain nous nous prononcerons sur la stratégie de notre université dans les années à venir et ce choix aura des conséquences lourdes sur notre avenir.

Pourquoi s’engager ?
Nous défendons la démocratie universitaire dont nous sommes issus. Nous voulons une université privilégiant la collégialité, le partage des savoirs, le respect de la diversité et des points de vue.

Vers quoi s’engager ?
Pas d’immobilisme, mais pas de fuite en avant vers un horizon 2019 incertain, nous voulons une voie réfléchie, discutée, partagée.
Un nouveau projet, autour d’une nouvelle présidence, avec le soutien de composantes de plein exercice, différentes, mais capables de travailler en équipe pour obtenir des moyens supplémentaires.
Une université forte de ses partenariats, dont la politique de formation permet la réussite de tous, dont la politique de recherche est ambitieuse et respectueuse de toutes les disciplines, dont la politique internationale est cohérente.

Jean-Luc Dubois-Randé, doyen de l’UFR de Médecine,
Laurent Gadessaud, directeur de l’IUT Créteil-Vitry,
Anne-Lise Humain-Lamoure, doyen de l’UFR de Lettres, Langues et Sciences Humaines,
Antoine Meter, directeur de l’IUT Sénart-Fontainebleau,
Jacques Moscovici, doyen de l’UFR de Sciences et technologie.

 

Publié dans Elections, Nouvelles | Laisser un commentaire

Les risques d’une fusion mal préparée

Voici quelques extraits d’un rapport sur les regroupements universitaires, une lecture très intéressante qui montre qu’un projet mal préparé peut avoir des conséquences très négatives, comme à la Thames Valley University.

Faire une fusion à moitié conduit à « a lot of pain for little gain ».

Une fusion d’université est d’abord, et doit toujours rester, un geste politique qui doit donc procéder d’une vison, d’une ambition. […] Cette volonté politique, si elle peut être l’idée de quelques-uns, doit être ensuite largement partagée.

La durée est pourtant un atout du monde universitaire pour faire face aux défis d’une fusion. La temporalité propre au monde universitaire, centré sur des enjeux de long terme, permet de « se donner le temps » de la réflexion et de la participation, voire d’adopter une approche progressive.

La fusion n’est qu’une des réponses possibles à la nécessité d’un réexamen fondamental de nos structures et de nos stratégies, réexamen qui permette de sortir de profils trop éclatés, voire corporatistes, hérités de l’histoire. D’autres stratégies sont possibles, et même dans certains cas préférables à la fusion, comme les structures fédérales, ou bien le rattachement, qui est un outil que nous avons utilisé en Alsace pour nouer des liens de nature spécifique avec d’autres établissements.

Le caractère participatif de l’élaboration de la stratégie et de la vision cible d’une université fusionnée est un atout clé pour en garantir la qualité et la pertinence, la légitimité et l’effet d’entraînement. Toute stratégie définie « en chambre » court le risque de passer à côté de pistes intéressantes, de susciter des craintes ou un rejet, ou d’avoir un impact transformant restreint.

Un exemple nous semble particulièrement intéressant :

A Copenhague, la construction de la stratégie de recherche et de formation a fait l’objet d’une démarche participative, rassemblant jusqu’à 1 500 chercheurs et enseignants, pour en définir les lignes directrices.

 

 

Publié dans Elections, Nouvelles | 4 commentaires

Notre deuxième message à la communauté universitaire

Quelle gouvernance pour quelle université ?

Les UFR, Instituts, Ecoles sont le socle pluridisciplinaire de la formation et de la recherche. Notre démarche s’appuie sur leurs forces vives pour un nouveau projet :

  1. Un esprit d’équipe avec une administration au service de projets, privilégiant la collégialité, le partage des savoirs, le respect de la diversité et des points de vue.
  2. Une université de toutes les disciplines capable, par sa richesse, de proposer des passerelles pour permettre à nos étudiants en formation initiale, continue ou en alternance, une évolution personnelle et une insertion dans la société.
  3. Une politique de formation pour la réussite de tous qui assure son rôle d’ascenseur social, pense son action au sein de l’enseignement supérieur, renforce une « vie de campus » culturelle et scientifique témoignant de nos engagements sociétaux.
  4. Une politique de recherche qui développe des secteurs d’excellence et soutient toutes les équipes pour répondre aux défis actuels, qui refonde un projet I-site gagnant adossé à un schéma organisationnel de la recherche.
  5. Une vraie politique internationale : un réseau d’universités partenaires cohérent pour faciliter les échanges d’enseignants, de chercheurs, d’étudiants.
  6. Une stratégie de coopération et de développement. Le succès de Bourgogne Franche Comté ouvre la voie : il sera proposé un débat sur différentes options, dont celle d’une université fédérale, association de deux universités distinctes, fondatrices d’une nouvelle COMUE transformée en fondation de coopération scientifique. Une gouvernance participative et des établissements conservant leurs capacités dynamiques.
  7. Une nouvelle présidence : Jean-Luc Dubois-Randé, doyen et ancien conseiller ministériel, avec le soutien des composantes et dans le respect de chacun, travaillera à proposer aux Conseils centraux et à la communauté universitaire des orientations qu’il leur appartient de trancher.

https://quelle-gouvernance-pour-quelle-universite.com/

Publié dans Elections, Nouvelles | Laisser un commentaire

Tout est une question de point de vue

Contre-vérités ? Tout est une question de point de vue. Il est rare qu’une profession de foi soit attaquée de cette façon en isolant des paragraphes et en affirmant aussi péremptoirement leur caractère erroné ou mensonger. C’est en soi une des méthodes
que nous dénonçons. Le débat fait se rencontrer des points de vue différents sans forcément que le contradicteur mente ou soit ignorant. Nous allons juste revenir sur quelques points et les étayer pour laisser nos lecteurs en juger.

Voici le document.

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire