Listes invalidées

Malheureusement, notre requête n’a pas connu une suite favorable. Dans le doute, comme c’est l’usage, le juge a privilégié l’interprétation ministérielle du texte, interprétation que nous contestions. Nous saisirons la Commission de Contrôle des opérations électorales après le scrutin pour faire valoir notre position.

 

Publicités
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Première réunion de campagne

Et c’est parti pour une série de 14 ou 15 réunions (quelques RDV restent à fixer pour le mercredi) sur 3 jours, du lundi au mercredi. Des membres de la liste « Quelle gouvernance pour quelle université ? » viennent à votre rencontre dans les différents sites et composantes afin de présenter les candidats et le projet de la liste.

La réunion de lancement a lieu ce lundi à 12h30, à l’UFR de Sciences et Technologie, en salle P1-033.

Le planning des réunions, qui sera régulièrement réactualisé, se trouve ici.

 

Publié dans Elections, Réunions | Laisser un commentaire

L’UPEC sera-t-elle le Titanic ?

L’UPEC un grand paquebot, comme aime à le répéter l’actuel Président. Le Titanic aussi était un grand paquebot. Pourquoi le Titanic a-t-il sombré ? Une cause unique pour le naufrage du Titanic montrée par une étude récente : la vitesse excessive.

Quand Reginald Robinson Lee a repéré l’iceberg, si, depuis le matin, la vitesse avait été réduite en raison de la présence des glaciers, le Titanic aurait eu le temps de modifier sa trajectoire et d’éviter la collision. Certes il n’aurait pas pu ravir Le Ruban Bleu au Mauretania et il serait arrivé à New-York 24 heures plus tard que prévu, mais que de vies épargnées !

Le Président a raison, l’UPEC doit être manœuvrée comme un grand paquebot en anticipant les mouvements de sa structure et en maîtrisant sa résistance aux éléments, aussi faut-il continuer à se presser quand les dangers menacent ? Faut-il à n’importe quel prix continuer sur la trajectoire initiale au risque de rencontrer un iceberg qui précipitera au fond de l’océan un navire réputé insubmersible ?

Nous savons comment le capitaine Smith et Joseph Bruce Ismay, le patron de la White Star Line ont répondu à ces questions, l’histoire doit-elle se répéter à l’UPEC ? Ne serait-il pas plus sain de modifier la vitesse sans changer l’objectif, se donner le temps de répondre aux questionnements légitimes des personnels : quid de la réorganisation des services et de la gouvernance ?

Partir vers New-York en 1912 ou vers la création d’une nouvelle université en 2016 relèvent du même défi : arriver à bon port et n’avoir laissé personne sombrer. Alors prenons le temps de choisir la bonne route à la bonne vitesse et même si le Ruban Bleu nous échappe, arrivons à bon port tous ensemble.

Réflexion d’outre tombe d’Albert Mallet citoyen québécois embarqué à Cherbourg le 11 avril avec sa femme et son fils de deux ans, tous les trois n’ont jamais revu le Saint-Laurent.

 

Publié dans Elections, Nouvelles | Laisser un commentaire

Réunions de présentation

Du lundi 1er février au mercredi 3 février, vous pourrez rencontrer et discuter avec des membres de la liste « Quelle gouvernance pour quelle université ? ». Le planning des réunions se trouve ici. Il sera réactualisé régulièrement.

 

Publié dans Elections, Réunions | Laisser un commentaire

Pour une autre méthode

La campagne a véritablement commencé, et là encore, l’équipe sortante nous montre quelles sont ses méthodes :

  • Quatre de nos candidats ont été invalidés, sous prétexte qu’on n’assurait pas la parité, alors que les textes autorisent le dépôt de listes incomplètes.
  • Le directeur de cabinet du président sortant de l’UPEC n’hésite pas à diffuser des messages prenant parti pour la liste du président et incitant les destinataires à faire le nécessaire pour inscrire des vacataires sur les listes électorales.
  • Les arguments de campagne diffusés aux soutiens de la liste « Penser l’avenir, agir ensemble » sont en décalage par rapport aux enjeux liés à l’avenir de notre université.
  • Le message de campagne de la liste « Penser l’avenir, agir ensemble » est très agressif vis-à-vis de ses listes concurrentes. Une fois de plus, l’équipe sortante ne semble accepter aucune critique.

Ces exemples démontrent pourquoi nous souhaitons vraiment changer de méthode. L’équipe du candidat Hittinger utilise des arguments politiciens contre notre liste. La vision qu’ils ont de notre liste est la preuve de leur manque de discernement quant à la réalité du terrain. Ils n’ont pas compris (ou ne souhaitent pas comprendre) que notre liste est le rassemblement de 48 candidates et candidats qui ont pour la plupart été confrontés à l’exercice de la gouvernance actuelle, qui sont déçus et qui souhaitent une nouvelle méthode. Nous ne sommes pas une dissidence de la liste portée par les syndicats, nous ne donnons aucune leçon en matière de démocratie, mais nous souhaitons élever le débat en un débat politique. Face à un projet personnel de fusion « sans projet », nous avons souhaité fonder le nôtre sur la construction, par la concertation, d’une vision stratégique commune, et sur une université des composantes.

Notre gouvernance, c’est la restauration de la démocratie par l’écoute et les choix sur une politique. Notre projet de recherche est celui de la recherche animée dans la multidisciplinarité des composantes.  Notre projet d’enseignement sera animé dans l’esprit du territoire en refusant le schéma d’une « fusion sans projet ».

Changeons de méthode, et que la démocratie parle pour être entendue !

 

Publié dans Elections, Nouvelles | Laisser un commentaire

Notre premier message à la communauté universitaire

Quelle gouvernance pour quelle université ?

Notre liste de rassemblement, constituée de candidats impliqués dans la vie de départements et champs disciplinaires, de laboratoires, de composantes, d’écoles doctorales, propose une 3e voie pour l’UPEC.

Nous nous opposons à la politique de l’équipe sortante : ses méthodes de gouvernance, son incapacité à structurer des objectifs partagés, son manque d’écoute.

Des experts internationaux indépendants viennent de la sanctionner en rejetant le projet I-SITE sur trois aspects : l’absence de vision, la faiblesse du dossier scientifique, une gouvernance incompréhensible. Les appuis politiques n’y ont rien fait. Double échec : le projet lui-même et la rhétorique d’une nécessaire fusion pour obtenir ces financements (et servir quelque ambition personnelle). C’est beaucoup de temps et 300 millions d’euros perdus pour l’avenir de l’UPEC !

Constructifs et conscients des enjeux à venir, nous voulons :

  • une autre gouvernance qui restaure la démocratie universitaire pour construire ensemble un vrai projet pour l’UPEC autour d’une nouvelle équipe expérimentée,
  • un réel débat sur un processus de fusion que l’échec d’I-SITE rend caduque en l’état – d’autres voies sont possibles et doivent être discutées,
  • une structuration politique et administrative de notre université en composantes – UFR, Instituts, Ecoles – dont les instances doivent être élues et les prérogatives maintenues,
  • un lien formation-recherche fort, constitutif des missions et du statut des universitaires,
  • une diversité des formations adaptées à tous nos étudiants,
  • une recherche ambitieuse, originale et diversifiée en capacité d’obtenir une reconnaissance internationale tout en promouvant des recherches émergeantes, une diversité des approches et des disciplines qui font la richesse de l’UPEC,
  • une politique et une vision pour l’UPEC en phase avec les besoins réels des étudiants et des personnels.

Nos propositions sur : https://quelle-gouvernance-pour-quelle-universite.com/

 

Publié dans Elections, Nouvelles | Laisser un commentaire

Projet IDEX/I-SITE Future non retenu

Le projet IDEX/I-SITE FUTURE porté par Université Paris-Est n’a pas été retenu. C’est un nouvel exemple de problème de gouvernance de l’équipe sortante, alors que les enjeux financiers étaient importants (5 à 7 millions d’euros par an pendant 10 ans par le PIA, plus les cofinancements par les partenaires). Ces derniers mois, les opposants à la fusion ont été critiqués par la présidence, avec des formules du type « attention car pas de fusion, pas d’I-SITE ». Or malgré le soutien de nombreuses personnalités politiques, comme lors de l’audition devant le jury, le projet n’a tout de même pas été retenu. Cet exemple pointe tout ce que nous dénonçons dans la liste « Quelle gouvernance pour quelle université ? » : problème de gouvernance, pas d’écoute, manque de concertation dans le montage du projet, sans compter les imprécisions sur le pilotage du projet lors de sa mise en oeuvre.

 

Publié dans Nouvelles | 1 commentaire